Stratégie d’adaptation aux changements climatiques : agir maintenant en vue d’un avenir résilient

En réponse aux répercussions des changements climatiques, le district de North Vancouver a élaboré une stratégie d’adaptation aux changements climatiques (2017) qui non seulement renforcera la capacité d’adaptation et la résilience du district, mais réduira également les coûts et les répercussions à long terme associés aux changements climatiques. Le district de North Vancouver est reconnu comme l’un des meilleurs endroits où vivre en Amérique du Nord; un élément clé associé à cette qualité de vie est le climat doux du district. Cependant, le climat du district change; les principaux risques climatiques inclus dans la stratégie comprennent les changements de température, les changements dans les précipitations, les conditions météorologiques extrêmes et l’élévation du niveau de la mer. L’objectif de la stratégie est de coordonner et d’intégrer les initiatives du district et d’intégrer des considérations liées à l’adaptation et une réflexion à long terme dans le cadre de toutes les activités du district. Il y a 12 objectifs de mesures concernant les dangers naturels, les infrastructures bâties, les interventions d’urgence et la biodiversité. Le district est un chef de file canadien reconnu en matière de réduction des risques de catastrophe, ayant pris l’engagement de continuer à analyser et à réduire les risques de catastrophe locaux, et d’inspirer et de soutenir d’autres villes afin qu’elles déploient davantage d’efforts pour mettre en œuvre des mesures de réduction des risques de catastrophe.

Comprendre et évaluer les impacts

La conception des infrastructures a traditionnellement été réalisée par des ingénieurs et des planificateurs qui se penchaient sur les conditions climatiques passées; cependant, compte tenu des changements climatiques prévus (température, précipitations, conditions météorologiques extrêmes et élévation du niveau de la mer), ce n’est plus un indicateur approprié des conditions futures. Le district a recours à la modélisation climatique pour examiner l’éventail de changements climatiques prévus dans la région, tout en comprenant l’incertitude inhérente aux modèles climatiques. Les changements climatiques devraient avoir une incidence sur la capacité du district de maintenir les opérations et les services quotidiens actuels, sur les infrastructures et les systèmes du district (p. ex., les conditions météorologiques changeantes et l’élévation du niveau de la mer endommagent les infrastructures grises, les infrastructures vertes et les actifs écologiques), sur les parcs et l’environnement (p. ex., le district possède divers actifs écologiques inestimables et irremplaçables, des marais salés à des prairies alpines, dont beaucoup devraient être considérablement modifiés par les changements climatiques), et sur la santé et la sécurité (p. ex., une augmentation des phénomènes extrêmes peut avoir des répercussions négatives sur la qualité de vie de la communauté et un risque accru pour la santé et la sécurité des personnes). En comprenant ces types de changements et les incertitudes qui y sont associées, les groupes de travail intersectoriels ont examiné les répercussions du climat futur sur les infrastructures, l’environnement, le personnel, les résidents et les intervenants du district. Le district reconnaît que l’adaptation est une occasion d’accroître la résilience en réduisant les coûts à long terme grâce à une gestion des actifs fondée sur le risque, à une gestion et à une protection environnementales proactives et à des systèmes de sécurité publique améliorés.

Répercussions communes des changements climatiques auxquels on peut s’attendre en raison des quatre types de changements climatiques que connaîtra le district.

Déterminer les actions

Le district de North Vancouver s’est joint au programme de développement de l’adaptabilité et de la résilience des communautés (Building Adaptive and Resilient Communities ou BARC) d’ICLEI Canada en janvier 2015 pour élaborer la première stratégie d’adaptation aux changements climatiques du district. Le programme BARC est un processus de planification reconnu à l’échelle internationale qui guide les municipalités dans l’élaboration, la mise en œuvre et le suivi d’une stratégie d’adaptation aux changements climatiques afin de se préparer de manière proactive aux défis locaux liés au climat. Le programme propose une approche structurée en cinq étapes de la planification de l’adaptation, chaque étape s’appuyant sur les résultats de la précédente. Le programme BARC est considéré comme une meilleure pratique et a été largement adopté par les organisations gouvernementales de la région du Lower Mainland et partout au Canada. La deuxième étape consiste à établir l’ordre de priorité des répercussions climatiques en fonction des résultats d’une évaluation complète des risques. Les répercussions des changements climatiques à haut risque étaient celles qui avaient une cote de probabilité combinée élevée et une cote de conséquences totales élevée; ces répercussions ont été utilisées pour cibler les efforts du district lors de la planification des mesures. La troisième étape, le plan, comprend la détermination des mesures et leur classement par ordre de priorité. Le district a utilisé une analyse multicritère pour évaluer la solidité, les avantages accessoires et les sources de financement disponibles pour chaque mesure d’adaptation. Le résultat de cette évaluation a permis de classer chaque mesure dans l’une des trois catégories :

  • Mesure requise = Un rapport coûts-avantages élevé et la plupart des ressources pour la mise en œuvre sont disponibles. Elles doivent être mises en œuvre le plus rapidement possible.
  • Mesure opportuniste = Un rapport coûts-avantages moyen et les ressources nécessaires à la mise en œuvre sont probablement disponibles. Elles doivent être mises en œuvre lorsque l’occasion se présente ou que l’urgence des répercussions des changements climatiques s’accroît.
  • Mesure possible = Le rapport coûts-avantages est inconnu et les ressources pour soutenir la mise en œuvre n’ont pas été déterminées.

Mise en œuvre

De nombreuses mesures cernées sont en cours de planification, déjà en cours ou déjà achevées (p. ex., l’évaluation des risques liés à l’élévation du niveau de la mer et la stratégie de gestion adaptative approuvées, le plan communautaire de protection contre les feux de forêt, le plan de gestion intégrée des eaux de ruissellement). En outre, le district a publié un livre blanc sur les urgences climatiques qui décrit plus en détail les objectifs connexes du district et la manière dont ils seront intégrés dans le plan communautaire officiel du district. Ce dernier est également en train de mettre en place une équipe dédiée aux mesures climatiques, qui sera chargée de diriger, de guider, de coordonner, de soutenir et de suivre les efforts d’atténuation et d’adaptation aux changements climatiques du district afin de garantir une approche intersectorielle cohérente et collaborative pour atteindre les buts et objectifs que le district a établis pour atténuer les changements climatiques et s’y adapter. Le district participe régulièrement aux initiatives régionales de planification de l’adaptation aux changements climatiques (p. ex., en fournissant des contributions par le biais de la communauté de pratique de l’équipe de l’adaptation aux changements climatiques de la SFU, en participant aux efforts de planification de l’adaptation régionale par l’entremise d’examens stratégiques environnementaux de Metro Vancouver et en tant que membre du sous-comité sur la protection du climat du comité consultatif régional d’ingénierie).

Résultats et suivi des progrès

Cette stratégie d’adaptation aux changements climatiques énonce les mesures d’adaptation nécessaires pour se préparer de manière proactive aux changements climatiques et réagir aux répercussions à haut risque dans tous les domaines de prestation de services municipaux. Pour réaliser la vision de la stratégie, une mise en œuvre réussie, un suivi constant et un examen régulier des mesures d’adaptation et de la stratégie sont essentiels. Un plan de mise en œuvre provisoire soutient chaque mesure requise en cernant les ressources nécessaires pour concrétiser l’adaptation. Le service responsable affecté à chaque mesure requise est chargé de mettre en œuvre ces mesures en les intégrant dans les plans du service, les plans de gestion des actifs et les processus de planification financière (p. ex., la stratégie de financement à long terme). D’autres détails dans les plans de mise en œuvre provisoires, tels qu’un objectif d’achèvement, un coût relatif et un niveau d’effort, sont destinés à fournir aux responsables des services le fondement nécessaire pour mener à bien chaque mesure. Toutefois, comme les détails et l’ordre de priorité des mesures d’adaptation peuvent changer au fil du temps, chaque plan de mise en œuvre est un document évolutif. Les plans de mise en œuvre devraient être revus dans le cadre d’un travail de collaboration supplémentaire, facilité par le service responsable, afin de déterminer la meilleure approche qui permettra d’atteindre chaque objectif des mesures d’adaptation. Cette étude de cas comprend également des indicateurs potentiels pour les mesures de suivi requises.

Prochaine étapes

Les prochaines étapes comprennent la création d’indicateurs pour mesurer la mise en œuvre de chaque mesure afin de suivre les progrès dans le temps. Des données de référence doivent être recueillies et régulièrement analysées pour dégager des tendances afin d’évaluer l’efficacité des mesures d’adaptation et de mieux comprendre les facteurs et les obstacles à la mise en œuvre. Voici quelques exemples de ces moteurs et obstacles à connaître :

Éléments moteurs

  • Nécessité de systèmes de travail intégrés efficaces
  • Planification financière à long terme et planification de la gestion des actifs qui exigent de la planification de la part du district
  • Sensibilisation, soutien et pression du public

Obstacles

  • Ressources insuffisantes (p. ex., capacité financière, technique et en personnel) – Délais conflictuels ou courts
  • Disponibilité réduite de la technologie
  • Légalité et faisabilité des procédures, y compris la législation provinciale ou territoriale
  • Dépendance quant à la voie à suivre
  • Manque d’intégration dans l’ensemble de l’organisation
  • Manque de surveillance et d’application de la loi
  • Manque de données de haute qualité
  • Incertitude
  • Obstacles comportementaux
  • Manque de sensibilisation ou de soutien du public

Ressources