Adaptation en santé aux changements climatiques de Mistawasis: redécouvrir Nêhiyawak

Pour se préparer aux risques pour la santé du changement climatique, tels que la dégradation de la qualité de l’eau, la réduction de la qualité de l’air et les risques pour la sécurité, Mistawasis Nêhiyawak s’est associée au North Saskatchewan River Basin Council de 2017 à 2018 pour entreprendre un exercice de planification de l’adaptation qui a identifié les risques et les moyens. se préparer aux impacts du changement climatique. Mistawasis est située à environ 70 kilomètres à l’ouest de Prince Albert et à 120 kilomètres au nord de Saskatoon. Il couvre une superficie de 125 kilomètres carrés. Dans le passé, Mistawasis Nêhiyawak a utilisé ses terres pour l’agriculture, la pêche, la chasse, le piégeage des fourrures, la sylviculture, l’exploitation forestière, les herbes et les matériaux artisanaux. Auparavant, ces terres étaient les terres d’hivernage traditionnelles des Mistawasis à partir du moment où leurs ancêtres suivaient le buffle à travers les grandes plaines. Grâce au financement de Santé Canada et à la mise en valeur des travaux menés dans le cadre de nombreux projets de durabilité environnementale antérieurs (comme le projet Honor the Water), la communauté a pu réfléchir aux impacts du changement climatique et explorer des affectera leur santé et leurs terres. Dans la communauté, les changements dans l’environnement et la terre sont minimes, mais cela peut changer rapidement. De 2010 à 2014, la communauté a connu de graves inondations et des événements météorologiques extrêmes, et la communauté a été forcée de réagir au lieu de réagir à l’événement en raison d’un manque de préparation. Des maisons et des routes ont été endommagées, des gens ont été forcés de déménager, des fonds ont été détournés pour donner la priorité à l’intervention, des arbres sont morts et des habitats pour les poissons et la faune ont été perdus. En réponse, des consultations ont eu lieu avec les membres de la communauté, les dirigeants et les anciens qui ont révélé un certain nombre de risques perçus du changement climatique, tels que des cycles d’humidité extrêmes provoquant des inondations, une dégradation de la qualité de l’eau, des pannes d’électricité prolongées entraînant des avis d’ébullition de l’eau, la nourriture / l’eau contenue dans risques de maladie, entre autres. Grâce à ces conversations et à ces relations importantes, la communauté a décidé de se préparer au changement climatique en revenant à ses enseignements traditionnels sur le feu et l’eau. La communauté a également exploré d’autres stratégies d’adaptation telles que la préparation aux catastrophes, l’aménagement du territoire, la conservation de l’environnement, la sensibilisation du public au changement climatique, l’investissement dans les énergies renouvelables, l’amélioration des soins cliniques, les pratiques respectueuses de l’environnement, les systèmes d’alerte précoce de la température (et les stations de refroidissement / réchauffement).

Comprendre et évaluer les impacts

De 2010 à 2014, la communauté a connu de graves inondations et des événements météorologiques extrêmes, et la communauté a été forcée de réagir au lieu de réagir à l’événement en raison d’un manque de préparation. Des maisons et des routes ont été endommagées, des gens ont été forcés de déménager, des fonds ont été détournés pour donner la priorité à l’intervention, des arbres sont morts et des habitats pour les poissons et la faune ont été perdus. Ces impacts sont anciens et compris par la communauté, notamment en termes de dommages causés à la faune et à la flore.
Dans le cadre du Programme d’adaptation aux changements climatiques et à la santé, Mistawasis Nêhiyawak, en partenariat avec le North Saskatchewan River Basin Council, a entamé son processus de planification de l’adaptation en engageant et en impliquant les membres de la communauté, les dirigeants et les aînés pour identifier les risques liés aux changements climatiques sur leur territoire. Les questions spécifiques qui ont été posées à l’époque étaient (1) qu’est-ce que le changement climatique? et (2) êtes-vous touché? (3) que pouvons-nous faire? Le premier a révélé un certain nombre de risques perçus du changement climatique sur la santé des populations et des terres. Par exemple, la communauté a identifié des cycles d’humidité extrêmes provoquant des inondations, une dégradation de la qualité de l’eau, des pannes de courant prolongées provoquant des avis d’ébullition de l’eau, des risques de maladies d’origine alimentaire / hydrique, des problèmes de chaleur hivernale, entre autres.
Les projets environnementaux antérieurs tels que le projet Honor our Water ont été essentiels pour fournir une base pour l’identification des risques climatiques, car les considérations climatiques sont fondamentales pour de nombreux autres domaines de travail dans la communauté.
Il est important de noter que les populations autochtones devraient subir des impacts disproportionnés en raison du changement climatique par rapport aux populations non autochtones. Pour cette raison, les peuples autochtones demandent une action forte et immédiate pour protéger les ressources sur lesquelles tout le monde compte. Pendant des générations, les Mistawasis Nêhiyawakhas se sont appuyés sur les connaissances empiriques de leurs ancêtres pour déterminer où chasser, piéger les poissons, où cueillir des baies et des médicaments.

Déterminer les actions

La deuxième étape du processus de planification de l’adaptation entrepris par Mistawasis Nêhiyawak a consisté à identifier les actions possibles pour faire face aux risques identifiés en s’engageant avec la communauté. Plus précisément, on a demandé aux membres de la communauté: que pouvons-nous faire (question numéro 3)? Alors qu’ils examinaient les risques potentiels, la communauté a décidé que la meilleure façon de se préparer était de renouer avec les habitudes de leurs ancêtres. Les enseignements et les conclusions tirés, après beaucoup de discussions et d’écoute des membres de la communauté et des anciens, ont révélé que la seule chose sous leur contrôle est la préparation de leur cœur, de leurs attitudes et de leurs compétences. Ayant un lien étroit les uns avec les autres, les membres de la communauté, les arbres, les animaux, l’eau, le sol sont tous les fondements pour être Nehiyawak et être un Cri. Ils ont décidé que la meilleure façon de se préparer aux impacts du changement climatique était de se préparer à être connecté et fortement enraciné de manière traditionnelle. La communauté a également exploré d’autres stratégies d’adaptation telles que la préparation aux catastrophes, l’aménagement du territoire, la conservation de l’environnement, la sensibilisation du public au changement climatique, l’investissement dans les énergies renouvelables, l’amélioration des soins cliniques, les pratiques respectueuses de l’environnement, les systèmes d’alerte précoce de la température (et les stations de refroidissement / réchauffement). En créant des stratégies adaptatives, la communauté se prépare à des changements inévitables.

Mise en oeuvre

Une série d’actions ont été mises en œuvre depuis le démarrage du projet. Les relations et les connexions établies avec de nombreux acteurs différents, au sein de la communauté, mais également externes à la communauté, sont à la base de ces actions: les communautés autochtones et non autochtones voisines, les ONG, les établissements universitaires et d’autres organisations gouvernementales. Ces relations ont été nécessaires pour accroître la base de connaissances, développer l’expertise, les capacités et les ressources. Un autre élément clé qui a conduit au succès des actions a été la participation des aînés et des jeunes de la communauté. Les aînés ont joué un rôle déterminant dans le partage des enseignements générationnels aux plus jeunes membres. Les jeunes, quant à eux, ont joué un rôle actif dans divers projets, conduisant au développement de perspectives durables et durables. Voici quelques exemples d’actions mises en œuvre depuis le projet:

  • La communauté a préparé une série d’ateliers sur le feu et l’eau, a renoué avec les enseignements traditionnels du feu et de l’eau et a exploré comment sécuriser les deux localement. En ayant de solides compétences pour sécuriser le feu et l’eau en toute sécurité, la plupart des risques potentiels pour la santé pourraient être atténués.
  • Mettre à jour et acquérir des technologies de surveillance communautaire pour être en mesure de mieux comprendre et surveiller les impacts climatiques sur leur territoire ainsi que d’augmenter leur capacité à contribuer à un plus grand corpus de connaissances pour faire face aux impacts communs.
  • Pour régler les problèmes de résilience des infrastructures, la collectivité a entrepris une construction majeure de ses systèmes de drainage et installé des ponceaux plus grands pour anticiper un événement de 1/50 ans. Cela leur permettra à leurs systèmes de gérer des charges supplémentaires d’eau.
  • Des plans d’évacuation et terrestres ont été élaborés en cas d’événements climatiques futurs. Les expériences des événements de 2010-2014 ont joué un rôle déterminant dans leur mise en place. Les membres de la communauté ont également été impliqués dans des itérations de tels plans et sont conscients des étapes à suivre en cas de nouvel événement.

Résultats et suivi des progrès

Dans leurs expériences jusqu’à présent, Mistawasis Nêhiyawak a réalisé que quelques éléments fondamentaux sont nécessaires pour soutenir leurs efforts pour faire progresser la durabilité et la résilience:

  • L’implication des anciens et des jeunes dans les processus de planification et dans la mise en œuvre des actions et des projets. Les aînés et les jeunes ont joué un rôle déterminant dans le partage des connaissances et le renforcement des capacités communautaires à long terme. La communauté a également accordé une attention particulière à l’implication d’une participation équilibrée entre les sexes, comme l’implication d’une jeune femme coordinatrice de projet.
  • Fournir un soutien éducatif et technologique à leurs jeunes et à la communauté au sens large. Parallèlement aux avancées des communautés liées au changement climatique, la communauté a investi énormément ces dernières années dans leur technologie (lignes de communication, technologies de surveillance, ordinateurs et logiciels) et dans l’infrastructure scolaire (construction d’une nouvelle école avec des équipements informatiques à jour) . De plus, le changement climatique fait désormais partie de leur programme scolaire et les élèves sont de plus en plus conscients du sujet et formulent des actions. Cela se traduit par des co-bénéfices importants lorsqu’il s’agit d’établir un réseau intercommunautaire, de renforcer les capacités, de se préparer aux futurs impacts climatiques et d’être en mesure de surveiller les risques et impacts futurs sur leur territoire.
  • Prise de conscience de l’importance des connexions et des partenariats. Dès le début, Mistawasis Nêhiyawak a réalisé que la relation avec d’autres partenaires autochtones et non autochtones était essentielle pour faire progresser leurs efforts de durabilité et de résilience. Avant les traités de «couronne», les traités étaient collaboratifs et établis sur une base de partage et Mistawasis Nêhiyawak imite cette approche en investissant dans des amitiés et en trouvant des moyens de travailler avec de nombreux autres acteurs qui subissent des impacts similaires liés au climat. Cela a conduit à de nombreuses efficiences et avantages connexes en termes de ressources, d’expertise et de connaissances menant au développement de solutions partagées. Au fil des ans, Mistawasis Nêhiyawak a établi de nombreux liens avec différents acteurs, tels que (pour n’en nommer que quelques-uns), le North Saskatchewan River Basin Council, la forêt modèle de Prince Albert (National Forest Model Network), le bassin des rivières Saskatchewan, la réserve de biosphère du lac Red berry. La communauté a également participé activement à de nombreux comités faisant progresser les travaux liés au climat, comme le comité de sélection du CCHAP.

Ils ont également connu quelques défis au fil des ans:

  • Malgré le respect mutuel et la volonté de collaborer, l’établissement de relations exige une capacité soutenue de tous les acteurs impliqués.
  • Bien que certains programmes de financement aient apporté des améliorations récentes, les cycles de financement à court terme et les nombreuses sources de financement deviennent difficiles à naviguer, en particulier en termes de capacité et pour assurer un soutien financier constant.

Prochaines étapes

Mistawasis Nêhiyawak’s climate change work continues beyond this project as they regularly reflect on the three questions to guide their work on an ongoing basis : (1) what is climate change? and (2) are you being impacted? (3) what can we do?

They continue to build longstanding and foundational partnerships, alliances and friendships to address the climate change impact experienced on their territory. In many ways, they are pursuing the ways of their ancestors who approached challenges by combining efforts. One can think of how the Buffalo crisis was addressed by nations across he great plains. In the near future, Mistawasis Nêhiyawak will contribute their knowledge and experiences to a few initiatives that will advance sustainability and resiliency issues for their communities and others:

  • Further advance the development of courses and curriculums in collaboration with neighboring colleges and universities to build knowledge for their community members and across their partners.
  • Contribute to the UNESCO Biosphere Reserves Indigenous Circles, as a Canadian voice to discuss species at risks, the designation of new Biosphere reserves as well as identify solutions for sustainability and build connections across different actors.
  • Create a Climate Treaty to established a collective promise where humans work together to address the climate change issue (as it relates to the sky, water and land). Similar to the Buffalo Treaty, this Treaty would look to group all those who share common concerns on climate change and commonly find solutions for a sustainable future. Mistawasis Nêhiyawak will be advancing this effort with other Treaty 6 Nations and aims to have the Treaty ready for all to join in 2026.

Ressources

Lien vers l’étude de cas complète (en anglais seulement)

Additional Resources: 

Octets d’informations

  • Connaissez-vous le Traité de Buffalo? Il a été signé pour la première fois en 2014 et comprend maintenant plusieurs signataires, ce qui a donné lieu à un réseau de «toile d’araignée» de relations entre de nombreux pays à travers le Canada et les États-Unis du Canada. Le Traité a été établi pour répondre à une diminution des populations de buffles, élément fondamental des pratiques traditionnelles de nombreuses nations. Le Traité vise à ramener le buffle à notre conscience et à le ramener sur la terre.
  • Saviez-vous ce que signifie Nêhiyawak? Cela signifie la nation crie.