Stratégies d’adaptation pour le tourisme lié aux bateaux de croisière dans l’Arctique canadien

L’activité touristique liée aux bateaux de croisière dans l’Arctique canadien est en forte croissance, ayant plus que doublé entre 2005 et 2013. La navigation de croisière diffère de la navigation industrielle de plusieurs façons, y compris par sa déviation des principaux couloirs de navigation à la recherche de glace, d’espèces sauvages et de culture. Cela implique de naviguer dans des eaux parfois difficiles et non cartographiées, de chercher l’accès à des sites côtiers et d’interagir avec la population locale. Les chercheurs, les opérateurs privés et les organisations inuites canadiennes constatent la nécessité d’améliorer la gouvernance du secteur. La limitation de la taille des navires de croisière qui pénètrent dans les voies navigables de l’Arctique, l’interdiction de l’utilisation de pétrole lourd dans les eaux arctiques, l’établissement de lignes directrices pour les zones les plus fréquemment visitées et la réglementation des perturbations occasionnées par les navires de croisière sur la faune (oiseaux et mammifères) et leurs habitats sont des exemples de mesures possibles. La gestion efficace des risques liés aux changements climatiques est également essentielle à la croissance et à l’évolution durables de l’industrie des navires de croisière dans l’Arctique.

En savoir plus