Règlements municipaux sur l’utilisation des terres et dispositions relatives au programme Intelli-feu

En 2012, la Ville de Swan Hills, en Alberta, a mis en œuvre des règlements municipaux d’aménagement fondés sur les principes Intelli-feu pour aider à réduire la vulnérabilité de la ville aux incendies de forêt. Cette décision a été motivée par une expérience antérieure de la ville, qui a évité de peu un incendie de forêt en 1998. Cette année-là, un incendie dans la forêt environnante s’est rendu assez près de la ville pour qu’une évacuation générale soit ordonnée. Bien que Swan Hills n’ait pas été grandement touché par cet événement, celui‑ci a néanmoins suscité une prise de conscience de la menace que représentaient les incendies de forêt pour la ville. Située dans la ceinture de forêt boréale du Nord de l’Alberta, Swan Hills est entourée principalement de forêts de conifères, ce qui la place dans une zone à haut risque pour d’éventuels incendies de forêt. Les effets des changements climatiques ne feront qu’exacerber le problème existant, car il a été démontré que la durée de la saison des incendies, ainsi que la probabilité et l’ampleur des incendies de forêt, devraient toutes augmenter. Swan Hills a été un leader national à certains égards, puisqu’on estime qu’elle est la première collectivité au Canada à avoir promulgué une loi stipulant que toutes les nouvelles toitures doivent être composées de matériaux résistant au feu, entre autres exigences notables.

Comprendre et évaluer les impacts

De nombreuses collectivités intègrent des mesures de réduction des risques d’incendie de forêt dans la réglementation locale relative aux permis d’aménagement qui s’appliquent aux nouvelles constructions, et elles adoptent diverses approches pour informer et encourager les propriétaires actuels à agir. Le fait que la plupart des propriétaires actuels n’agissent pas est préoccupant. Les bons programmes d’information et de sensibilisation continuent d’entraîner une certaine vulnérabilité des collectivités aux incendies. Le vent peut souffler des braises dans la collectivité, et les braises peuvent atterrir sur une propriété vulnérable, introduisant le feu dans la collectivité. Cela entraîne des pertes pour les foyers existants qui n’ont pas pris de mesures de protection et augmente également le risque que le feu endommage ceux qui ont investi dans une protection. Swan Hills affiche une population de 1 300 habitants et elle est située dans le Nord de l’Alberta, dans le comté de Big Lakes. Si sa situation au milieu des forêts boréales et subboréales lui permet d’abriter une flore et une faune uniques, elle la place également dans une zone à très haut risque d’incendie de forêt. Étant donné qu’elle est entourée d’épinettes et de pins anciens, il y a déjà eu des incendies de forêt dans le passé. En 1998, la ville a été évacuée en raison de l’avancée d’un incendie. Bien que le feu ne soit pas entré dans la ville, il s’en est approché suffisamment pour que des ordres d’évacuation soient activés. La connaissance de cette menace a incité le conseil municipal à ajouter un élément Intelli-feu au règlement sur l’utilisation des terres en 2012, afin d’inclure des exigences selon lesquelles tous les propriétaires doivent prendre des mesures simples et économiques pour réduire leur risque de dommages causés par le feu. L’action combinée de tous les propriétaires améliore le degré de protection de la collectivité.

Déterminer les actions

La Ville a travaillé avec des spécialistes du programme Intelli-feu pour comprendre ce qu’il faudrait faire pour rendre une propriété plus sûre, puis elle a examiné ce qu’il serait raisonnable de demander aux propriétaires actuels sans que cela soit trop onéreux. Pour les propriétaires soucieux de protéger leurs habitations, les mesures de réduction des risques consistent à réduire la végétation inflammable et à empiler le bois, en les limitant à une distance d’au moins 10 m des structures. L’exigence des 10 mètres est recommandée par les spécialistes Intelli‑feu. En outre, le règlement exige que chaque résident ait un numéro de maison clairement affiché afin de faciliter l’intervention des pompiers à son domicile. Parmi les autres exigences, citons l’enlèvement ou le remplacement des combustibles inflammables, l’élagage des branches de conifères à deux mètres du sol, la limitation des herbes à 10 cm ou moins, et le respect des restrictions relatives aux matériaux de couverture afin de favoriser des bardeaux résistant au feu. Tous les aménagements paysagers requis doivent répondre aux normes Intelli-feu. Par des audiences publiques et d’autres efforts d’engagement, la Ville travaille avec les collectivités pour éduquer les propriétaires dans l’espoir d’obtenir un changement de comportement. Le public est sensibilisé au programme Intelli-feu, à son importance et au rôle que peuvent jouer les propriétaires. Swan Hills travaille en étroite collaboration avec les pompiers provinciaux chargés de la lutte contre les incendies de forêt, en participant non seulement à des formations croisées pour apprendre les techniques de lutte contre les incendies de forêt, mais aussi à des brûlages dirigés à Swan Hills. La Ville collabore également avec le ministère de l’Agriculture et des Forêts de l’Alberta, avec lequel elle a conclu une entente d’aide mutuelle en vertu de laquelle les brûlages de réduction des combustibles végétaux sont effectués en collaboration. Le Ministère organise également des séances éducatives pour le public. Toutes ces mesures vont dans le sens d’une stratégie d’atténuation des incendies de forêt sur laquelle la Ville travaille en collaboration avec le Ministère et avec l’aide des spécialistes Intelli‑feu.  

Résultats et suivi des progrès

Une recherche publiée par l’Institut de prévention des sinistres catastrophiques a révélé que le règlement de 2012 pour Swan Hills était probablement le premier au Canada à exiger une toiture résistant au feu pour tous les bâtiments nouveaux et existants de la collectivité. Le règlement a également été le premier à exiger que tous les propriétaires entreprennent une gestion de la végétation à moins de 10 mètres d’un bâtiment. Il est notamment exigé que la végétation forestière inflammable soit enlevée, que les branches de conifères soient enlevées à une hauteur minimale de deux mètres, que les herbes annuelles soient fauchées à 10 cm ou moins et qu’aucun amas combustible de bois de chauffage ou de bois d’œuvre ne soit autorisé. Ces exigences sont en place depuis près de 30 ans et servent à sensibiliser la collectivité au fait que chacun peut contribuer à réduire le risque de pertes dues aux incendies de forêt. La collectivité a dépassé le stade de l’incitation à l’action pour introduire des exigences de sécurité publique, une approche qui devrait intéresser d’autres collectivités préoccupées par les propriétaires qui n’agissent pas.

Ressources

Lien vers l’étude de cas complète (en anglais seulement)


Comprendre et évaluer les impacts

De nombreuses collectivités intègrent des mesures de réduction des risques d’incendie de forêt dans la réglementation locale relative aux permis d’aménagement qui s’appliquent aux nouvelles constructions, et elles adoptent diverses approches pour informer et encourager les propriétaires actuels à agir. Le fait que la plupart des propriétaires actuels n’agissent pas est préoccupant. Les bons programmes d’information et de sensibilisation continuent d’entraîner une certaine vulnérabilité des collectivités aux incendies. Le vent peut souffler des braises dans la collectivité, et les braises peuvent atterrir sur une propriété vulnérable, introduisant le feu dans la collectivité. Cela entraîne des pertes pour les foyers existants qui n’ont pas pris de mesures de protection et augmente également le risque que le feu endommage ceux qui ont investi dans une protection. Swan Hills affiche une population de 1 300 habitants et elle est située dans le Nord de l’Alberta, dans le comté de Big Lakes. Si sa situation au milieu des forêts boréales et subboréales lui permet d’abriter une flore et une faune uniques, elle la place également dans une zone à très haut risque d’incendie de forêt. Étant donné qu’elle est entourée d’épinettes et de pins anciens, il y a déjà eu des incendies de forêt dans le passé. En 1998, la ville a été évacuée en raison de l’avancée d’un incendie. Bien que le feu ne soit pas entré dans la ville, il s’en est approché suffisamment pour que des ordres d’évacuation soient activés. La connaissance de cette menace a incité le conseil municipal à ajouter un élément Intelli-feu au règlement sur l’utilisation des terres en 2012, afin d’inclure des exigences selon lesquelles tous les propriétaires doivent prendre des mesures simples et économiques pour réduire leur risque de dommages causés par le feu. L’action combinée de tous les propriétaires améliore le degré de protection de la collectivité.

Déterminer les actions

La Ville a travaillé avec des spécialistes du programme Intelli-feu pour comprendre ce qu’il faudrait faire pour rendre une propriété plus sûre, puis elle a examiné ce qu’il serait raisonnable de demander aux propriétaires actuels sans que cela soit trop onéreux. Pour les propriétaires soucieux de protéger leurs habitations, les mesures de réduction des risques consistent à réduire la végétation inflammable et à empiler le bois, en les limitant à une distance d’au moins 10 m des structures. L’exigence des 10 mètres est recommandée par les spécialistes Intelli‑feu. En outre, le règlement exige que chaque résident ait un numéro de maison clairement affiché afin de faciliter l’intervention des pompiers à son domicile. Parmi les autres exigences, citons l’enlèvement ou le remplacement des combustibles inflammables, l’élagage des branches de conifères à deux mètres du sol, la limitation des herbes à 10 cm ou moins, et le respect des restrictions relatives aux matériaux de couverture afin de favoriser des bardeaux résistant au feu. Tous les aménagements paysagers requis doivent répondre aux normes Intelli-feu. Par des audiences publiques et d’autres efforts d’engagement, la Ville travaille avec les collectivités pour éduquer les propriétaires dans l’espoir d’obtenir un changement de comportement. Le public est sensibilisé au programme Intelli-feu, à son importance et au rôle que peuvent jouer les propriétaires. Swan Hills travaille en étroite collaboration avec les pompiers provinciaux chargés de la lutte contre les incendies de forêt, en participant non seulement à des formations croisées pour apprendre les techniques de lutte contre les incendies de forêt, mais aussi à des brûlages dirigés à Swan Hills. La Ville collabore également avec le ministère de l’Agriculture et des Forêts de l’Alberta, avec lequel elle a conclu une entente d’aide mutuelle en vertu de laquelle les brûlages de réduction des combustibles végétaux sont effectués en collaboration. Le Ministère organise également des séances éducatives pour le public. Toutes ces mesures vont dans le sens d’une stratégie d’atténuation des incendies de forêt sur laquelle la Ville travaille en collaboration avec le Ministère et avec l’aide des spécialistes Intelli‑feu.  

Résultats et suivi des progrès

Une recherche publiée par l’Institut de prévention des sinistres catastrophiques a révélé que le règlement de 2012 pour Swan Hills était probablement le premier au Canada à exiger une toiture résistant au feu pour tous les bâtiments nouveaux et existants de la collectivité. Le règlement a également été le premier à exiger que tous les propriétaires entreprennent une gestion de la végétation à moins de 10 mètres d’un bâtiment. Il est notamment exigé que la végétation forestière inflammable soit enlevée, que les branches de conifères soient enlevées à une hauteur minimale de deux mètres, que les herbes annuelles soient fauchées à 10 cm ou moins et qu’aucun amas combustible de bois de chauffage ou de bois d’œuvre ne soit autorisé. Ces exigences sont en place depuis près de 30 ans et servent à sensibiliser la collectivité au fait que chacun peut contribuer à réduire le risque de pertes dues aux incendies de forêt. La collectivité a dépassé le stade de l’incitation à l’action pour introduire des exigences de sécurité publique, une approche qui devrait intéresser d’autres collectivités préoccupées par les propriétaires qui n’agissent pas.

Ressources

Lien vers l’étude de cas complète (en anglais seulement)