Règlement pour interdire la construction d’entrées en contre-pente

À la suite d’une tempête dévastatrice et coûteuse en 2005, la ville de Markham, en Ontario, a adopté une série de mesures législatives pour lutter contre le risque accru d’inondation causée par les entrées en contre-pente. Il s’agit d’une forme particulière d’entrée où le garage principal est souterrain et l’entrée descend en pente vers celui-ci. Lorsque le réseau d’égouts est surchargé pendant de fortes pluies, ces propriétés sont exposées à un risque très élevé d’inondation. Interdire l’utilisation d’entrées en contre-pente dans toute nouvelle construction de maison a été l’une des mesures qui ont contribué à réduire le risque d’inondation des sous-sols et de refoulement d’égouts lors de tempête de pluie à Markham.

Comprendre et évaluer les impacts

La menace d’inondation des sous-sols et de refoulement d’égouts est déjà élevée au Canada, causant quelque 2 milliards de dollars de dommages par an dans tout le pays. Ce danger et les coûts associés aux dommages ne feront qu’augmenter à l’avenir en raison des changements climatiques mondiaux. Les entrées en contre-pente exacerbent le risque que représentent les inondations, car une entrée en contre-pente vers la maison fait en sorte que l’eau à la surface s’écoulera dans la structure ou directement dans l’égout sanitaire par les drains du plancher du sous-sol. Il arrive aussi souvent que ces entrées soient dotées d’un bassin de collecte relié aux systèmes de tuyaux de drainage ou à l’égout sanitaire latéral. Lorsque ces bassins débordent, ou sont bouchés par des débris, ils peuvent augmenter la probabilité d’une inondation lié à un refoulement d’égouts. Dans le cas particulier de Markham, en Ontario, ce problème a été mis en évidence à la suite de l’inondation généralisée de sous-sols à la suite d’une importante tempête de pluie en 2005. Bien que cet événement ait été surpassé depuis, à l’époque, il était la catastrophe naturelle la plus coûteuse de l’histoire de l’Ontario, causant quelque 713 millions de dollars de dommages. C’est en réponse à cet événement particulier que Markham a pris des mesures pour réduire le risque d’inondation dû aux tempêtes importantes.

Déterminer les actions

Le principal élément déclencheur de la création de ce nouveau règlement, ainsi que d’autres mesures connexes, a été l’importante tempête de pluie qui s’est abattue sur la région de Toronto en août 2005. Au cours de cet événement, quelque 153 mm de pluie sont tombés en trois heures, provoquant des inondations généralisées et des dommages d’environ 718 millions de dollars dans tout le sud de l’Ontario. À l’époque, il s’agissait de la catastrophe naturelle la plus coûteuse de l’histoire de l’Ontario. À Markham, les quartiers de West Thornhill ont été les plus touchés, les réseaux d’égouts locaux étant incapables de faire face aux niveaux élevés de débordement et d’infiltration des égouts. Immédiatement après la tempête, le public a demandé à la ville de prendre des mesures proactives pour s’assurer que les résidents et leurs maisons sont mieux protégés contre des événements similaires à l’avenir. La première étape de la ville a consisté à mener une étude d’évaluation environnementale municipale et à embaucher un consultant pour étudier les solutions de rechange possibles au système d’eaux pluviales existant qui pourraient offrir une meilleure protection contre les inondations. En outre, la ville de Markham a entrepris un examen interne de son système de gestion des eaux usées afin de tenter d’augmenter la capacité et de trouver une solution viable au problème d’infiltration excessive (où l’eau de pluie pénètre dans le réseau d’égouts par des raccords mal scellés ou des fissures dans les tuyaux). La collaboration entre les équipes d’examen externe et interne a permis de formuler une série de recommandations visant à accroître la résilience de Markham face aux futures tempêtes.

Mise en œuvre

Après un examen et une analyse approfondis, plusieurs propositions ont été avancées pour aider à accroître la résilience de Markham aux futures tempêtes et inondations. En 2012, un nouveau règlement a été adopté, qui interdit l’utilisation des entrées en contre-pente dans toutes les maisons nouvellement construites dans la ville. En particulier, lorsqu’une entrée mène à un garage privé rattaché à une habitation, la hauteur du plancher fini de ce garage doit être supérieure à l’élévation de la rue ou de l’entrée à laquelle le garage est relié. Ce règlement est appliqué pendant la phase de planification et de conception d’une nouvelle construction, lorsque le promoteur soumet son plan à la ville aux fins d’examen. La ville prend également d’autres mesures, non législatives, pour assurer une meilleure résistance aux inondations. Markham s’efforce de réduire la profondeur des accumulations d’eau dans les rues en augmentant la capacité des égouts et des prises d’eau sur les voies publiques. Lorsque l’on réduit l’accumulation d’eau dans les rues, moins d’eau peut s’écouler dans les maisons qui ont une entrée en contre-pente. La ville s’efforce également d’apporter des modifications mineures au nivellement des entrées en contre-pente en créant une légère pente descendante s’éloignant de la bordure de l’entrée où elle commence sa descente vers le garage; cela réduit la surface drainée par la contre-pente de l’entrée et, par conséquent, le volume d’eau. La ville procède également à des tests de fumée pour trouver les endroits où un raccordement croisé entraîne le raccordement du puisard d’une entrée en contre-pente au réseau d’égouts sanitaires. Les propriétaires devront remédier à ce problème.