Plan directeur de la forêt urbaine d’Halifax

À la suite de résolutions du conseil municipal en 2001 visant à élaborer un plan de gestion de la forêt urbaine et des recherches menées par la Municipalité régionale de Halifax (MRH) et l’Université Dalhousie sur la forêt urbaine de la MRH en 2007, la MRH a élaboré un Plan de gestion de la forêt urbaine (PGFU) complet en 2013, qui vise simultanément à faire face aux impacts de la hausse des températures, à répondre davantage aux préoccupations relatives à la qualité de l’air et de l’eau, à modérer les dommages causés par les eaux pluviales et les inondations et à offrir un bien-être accru à la collectivité. Le PGFU de la MRH est un document complet qui donne un aperçu détaillé des avantages économiques que procure la forêt urbaine de la MRH; il explique la conception générale du plan ainsi que les méthodes et les principes de planification utilisés pour son élaboration; il définit un cadre de gestion du PGFU, qui comprend un inventaire des valeurs de la forêt urbaine, des objectifs, des indicateurs et des cibles de canopée liés à des efforts précis de gestion et de suivi; il offre une analyse approfondie de l’état actuel de la forêt urbaine ainsi que des défis actuels et futurs; et il présente une stratégie de mise en œuvre fondée sur des priorités, y compris des mesures, les coûts probables, la structure de gestion et les échéanciers. Le PGFU intègre directement des considérations relatives aux changements climatiques dans son cadre, en vertu du principe opérationnel 1 – Changements climatiques et principe opérationnel; 2 – Approche globale, qui reconnaît que le renforcement de la résilience aux changements climatiques dans la future forêt urbaine est essentiel à sa durabilité, et du principe directeur; 1 – Gestion adaptative, qui est cruciale face à l’incertitude des changements climatiques.

Comprendre et évaluer les impacts

Il existe des obstacles financiers, juridiques et naturels qui empêchent l’amélioration de la forêt urbaine, et ces défis pourraient s’aggraver avec les changements climatiques, politiques et économiques. Relever ces défis et prévoir leurs impacts sera un élément complexe, mais nécessaire, de la gestion durable de la forêt urbaine.
Les principaux impacts sur la forêt urbaine de la MRH sont les suivants : impacts sur les systèmes aquatiques et la santé des bassins versants, changements climatiques, conflits avec les infrastructures, développement, imperméabilité, espèces envahissantes, manque de connaissances, propriété, forêts périurbaines et gradient urbain-rural, réaménagement, diversité des espèces et des classes d’âge. La protection de la santé et de l’intégrité des bassins versants urbains est constamment liée à la gestion de la forêt urbaine. La relation la plus importante est sans doute le rôle des zones tampons forestières (riveraines) dans la protection des systèmes aquatiques. Les zones tampons riveraines boisées régulent les inondations, réduisent les impacts de la sédimentation, de l’érosion et de la charge en nutriments sur les cours d’eau, régulent la température des cours d’eau adjacents et fournissent un habitat important pour la faune. Les changements climatiques sont une menace majeure pour la forêt urbaine de la MRH et les forêts urbaines du monde entier, et ils constituent une source clé d’incertitude dans la gestion des forêts urbaines. Les impacts potentiels des changements climatiques comprennent des tempêtes et des ouragans plus fréquents et plus violents, des saisons de croissance plus sèches et plus chaudes (un facteur de stress pour les arbres urbains), davantage de ravageurs envahissants et des hivers plus chauds avec une occurrence plus élevée de cycles de gel-dégel dommageables (Williamson et coll., 2009). En outre, le réchauffement climatique modifie l’aire de répartition des espèces d’arbres, qui se déplace vers le nord (et en altitude à certains endroits). Cela aura une influence sur les types d’arbres qui peuvent survivre dans la MRH.

Les deux principaux concepts liés à la gestion d’une ressource dans un climat en changement sont l’atténuation et l’adaptation. L’adaptation fait référence aux mesures de gestion qui réduisent la vulnérabilité des systèmes au climat en changement en adaptant le système aux conditions futures anticipées et aux impacts probables. L’adaptation est beaucoup plus importante pour réduire la menace des changements climatiques sur la forêt urbaine.

Déterminer les actions

Le PGFU de la MRH considère la forêt urbaine à une échelle de quartier, en adoptant une approche nouvelle et innovante fondée sur des valeurs. La base du PGFU de la MRH a été créée par le développement collaboratif des « VOIT » (valeurs, objectifs, indicateurs et cibles de la forêt urbaine) du PGFU, lors d’une série d’événements d’engagement communautaire qui ont eu lieu pendant l’été 2010. Un autre élément essentiel de la planification de la forêt urbaine est une compréhension détaillée de l’état actuel de la forêt urbaine – y compris les défis apparents et les possibilités de gestion – et un contexte historique de la façon dont la forêt a été façonnée. Cela a été fait au moyen d’une analyse rigoureuse des conditions actuelles, dans le cadre de l’approche par quartier de la gestion de la forêt urbaine dans le PGFU.
La MRH a mis en œuvre un programme de mobilisation communautaire en juillet-août 2010, dans le cadre de l’élaboration initiale du PGFU. Les buts primaires du programme étaient la diffusion de renseignements et la consultation sur les valeurs et les VOIT relevés de la forêt urbaine. Les réactions de la collectivité lors des consultations ont été utilisées pour élaborer le projet de PGFU. Après la publication de l’ébauche du PGFU en avril 2012, la MRH a mené un programme de mobilisation communautaire de mai à juillet 2012. Les buts premiers du programme étaient de déterminer la priorité relative des thèmes et les mesures associées à mettre en œuvre.
L’approche par quartier a été développée spécifiquement pour le PGFU de la MRH et elle est intégrée dans l’ensemble du plan. Cette approche a vu le jour lorsque les chercheurs du PGFU ont constaté des différences considérables entre les pourcentages de couverture de la canopée dans plusieurs localités, en raison d’impacts historiques uniques et de conditions préexistantes telles que la qualité du sol, la topographie et le climat. La classification et la numérisation des quartiers dans la base de données de travail du système d’information géographique du PGFU ont été suivies d’une analyse rigoureuse de l’état de la forêt urbaine à l’échelle des quartiers, des problèmes de gestion et des possibilités d’amélioration. L’analyse a intégré plusieurs sources de données et de renseignements, dont « UFORE », qui signifie « Urban Forest Effects » (effets de la forêt urbaine) et désigne un modèle informatique qui calcule la structure, les effets environnementaux et les valeurs des forêts urbaines.

Mise en œuvre

La mise en œuvre du PGFU est un processus de gestion adaptative stratégique et permanent qui englobe une surveillance continue, des recherches et une réévaluation constante. Les mesures requises pour la mise en œuvre s’appuient sur une série d’évaluations des défis et des possibilités actuels pour la forêt urbaine de la MRH, l’inventaire forestier et la recherche sur les politiques de forêts urbaines, détaillés tout au long du plan. La nécessité d’une flexibilité institutionnelle dans le temps pour faire face aux incertitudes futures liées aux changements climatiques, aux modèles de développement et à l’évolution des valeurs parmi la population, est incorporée dans le PGFU sous le principe général de la gestion adaptative, afin de garantir que la gestion reflète les conditions en constante évolution de la forêt urbaine de la MRH et les valeurs de ses citoyens.

Bien que toutes les mesures du PGFU soient importantes, leur calendrier de réalisation a été priorisé avec l’aide des citoyens de la MRH. Quatre ateliers publics ont été organisés en mai et en juin 2012, afin d’obtenir l’avis de la collectivité sur la manière la plus efficace de mettre en œuvre les mesures du PGFU et sur la manière de hiérarchiser ces mesures. Lors de ces séances, trois thèmes principaux ont été abordés : 1) les arbres du domaine public; 2) les arbres du domaine privé; et 3) les politiques et règlements d’utilisation du territoire. Plus de 100 citoyens ont pris part aux ateliers et ont fait part de leurs réactions au moyen d’un exercice de hiérarchisation et de fiches de commentaires. Les ateliers ont été suivis par des résidents locaux et des conseillers de la MRH, ainsi que par des représentants de l’industrie du développement, des propriétaires fonciers institutionnels, des groupes environnementaux, des comités consultatifs de la MRH, des sociétés de services publics et des organismes gouvernementaux. Les priorités publiques suivantes (présentées par ordre d’importance) ont donc été intégrées dans la stratégie de mise en œuvre : 1. Augmenter le financement, planter plus d’arbres sur les terrains de la MRH et améliorer l’entretien de la forêt urbaine. 2. Adopter de nouveaux règlements et de nouvelles normes pour conserver le couvert forestier urbain. 3. Promouvoir l’intendance citoyenne de la forêt urbaine et élaborer des programmes éducatifs. Les mesures correspondant à ces priorités ont été inscrites dans le calendrier initial de 5 ans du plan.

Résultats et suivi des progrès

Pour gérer la forêt urbaine de la MRH de façon durable, l’équipe d’étude du PGFU a adapté le cadre conceptuel des valeurs, objectifs, indicateurs et cibles (VOIT) pour une gestion durable des forêts (GDF), qui a d’abord été développée par l’Association canadienne de normalisation. Les VOIT présentés dans le plan décrivent les valeurs de la forêt urbaine qui doivent être satisfaites dans la gestion de la forêt urbaine de la MRH. Ces valeurs ont été prolongées en objectifs, indicateurs et cibles lorsque cela était possible, afin qu’elles puissent être traduites en mesures dont l’efficacité peut être contrôlée. Pour plusieurs des valeurs de la forêt urbaine désignées dans le plan lors de son élaboration, il n’était pas encore possible de déterminer des indicateurs réalisables et de traduire les objectifs en cibles. Ces valeurs et objectifs sont énumérés et associés à des mesures, mais ne font pas encore partie du programme de suivi. Avec le temps, les chercheurs et les planificateurs développeront des indicateurs et des cibles appropriés afin que l’ensemble des VOIT puisse être inclus dans le programme de surveillance. Les VOIT sont répartis en catégories écologiques, sociales et économiques (voir les tableaux 5.1, 5.2 et 5.3).
Ce plan décrit une vision de la gestion durable de la forêt urbaine dans la MRH à court et long terme. Une mise en œuvre réussie exige de respecter les échéanciers et d’allouer les ressources et les responsabilités appropriées pour mener à bien les mesures prescrites. Le suivi est essentiel pour comprendre l’impact et l’efficacité des mesures de gestion à mesure de leur mise en œuvre. Les approches de partenariat, où la MRH dirige le processus, mais engage les ressources des organisations orientées vers la recherche et des citoyens, seront essentielles pour entreprendre un suivi efficace et efficient. Comme la disponibilité future des ressources ainsi que la structure et l’organisation futures de la MRH et des autres organisations intervenantes sont incertaines et variables, la planification de la mise en œuvre se concentre sur le court terme. Même dans ce cas, avec des calendriers de mise en œuvre fixés pour plusieurs années, voire une décennie, les mesures peuvent être invalidées par des événements tels que des catastrophes environnementales (p. ex., des ouragans) ou des changements de plans de développement. En dépit de ces événements qui peuvent nécessiter une planification d’urgence dès qu’ils se produisent, la mise en œuvre du PGFU est conçue selon des étapes annuelles, quinquennales et décennales.

Prochaine(s) étape(s)

Le processus de planification du PGFU a donné lieu à 32 mesures prioritaires à mettre en œuvre au cours de la période initiale de cinq ans du plan. Les mesures prioritaires relèvent des catégories suivantes : 1. Traitement des quartiers (priorité 1); 2. Entretien (priorité 1); Intendance par les citoyens (priorité 3); Recherche et surveillance (obligatoire); et Règlements et normes (priorité 2).