Mountain Equipment Co-op : Adaptation au changement climatique

Pour se préparer aux impacts des changements climatiques sur ses ventes et son approvisionnement, Mountain Equipment Co-operative (MEC) intègre l’adaptation à un niveau organisationnel dans la matrice des risques et dans ses décisions opérationnelles et d’investissement. MEC, ou Mountain Equipment Co-operative, existe depuis plus de quatre décennies. Bien que la gamme de produits de l’entreprise ait évolué au fil du temps (des fournitures pour l’escalade et l’alpinisme à une gamme complète de matériel et d’équipement de plein air), MEC a toujours été une coopérative appartenant à ses membres. L’évolution du climat influence MEC de deux manières principales : par les ventes et par la chaîne d’approvisionnement. L’imprévisibilité des conditions météorologiques a des répercussions sur ce que les clients veulent acheter (ventes), tandis que les événements extrêmes peuvent avoir un impact sur la chaîne d’approvisionnement en perturbant les transits, en détruisant les stocks en place et en touchant aux ressources nécessaires à la création de produits. MEC intègre l’adaptation aux changements climatiques à un niveau organisationnel plutôt que de poursuivre une initiative distincte d’adaptation aux changements climatiques. L’adaptation fait partie de la matrice des risques de l’entreprise et de ses décisions opérationnelles et d’investissement. Le suivi des conditions météorologiques permet à l’entreprise de comprendre comment les changements (comme le raccourcissement des saisons) peuvent avoir un impact sur les demandes de stocks, et elle prend également en compte les risques climatiques liés aux infrastructures et à l’approvisionnement en matériaux. Actuellement, les comptables de MEC contribuent aux décisions d’adaptation en participant à la planification, à l’allocation des ressources et à des analyses rigoureuses. À l’avenir, MEC souhaite que ses comptables soient formés à l’adaptation aux changements climatiques et à la durabilité, et qu’ils acquièrent des compétences « non techniques », telles que la communication, afin de faciliter une meilleure collaboration avec leurs collègues dans toute l’organisation. Les changements climatiques exigent une réponse universelle. Si la politique gouvernementale et les accords internationaux peuvent créer une dynamique, MEC estime qu’elle doit plaider en faveur de l’action et se préparer aux impacts organisationnels : par exemple, en mettant en place des systèmes solides et en recueillant des données transparentes et rigoureuses.

Comprendre et évaluer les impacts

MEC examine les impacts des changements climatiques du point de vue des entreprises. En utilisant les renseignements sur les changements climatiques et les données publiées par le gouvernement du Canada, MEC a appris que les impacts probables sont des températures plus élevées, des canicules plus fréquentes, des vagues de froid moins fréquentes, des jours/nuits de chaleur plus fréquents et intenses, des jours/nuits de froid moins fréquents et moins intenses, des averses plus fréquentes, moins de jours avec une couverture de neige et plus d’incendies de forêt. Ces impacts, ainsi que les variations saisonnières, peuvent toucher la façon dont les consommateurs achètent les produits. Les changements climatiques entraîneront également des conditions météorologiques extrêmes, ce qui pourrait avoir un impact sur les stocks de détail et les matériaux de base. Par exemple, lorsque le stock passe du centre de distribution canadien de MEC à ses magasins, il est vulnérable aux fermetures de routes dues aux inondations, aux glissements de terrain et aux tempêtes de neige. Le stock au centre de distribution ou dans les magasins est vulnérable aux inondations. Les conditions météorologiques extrêmes ont également un effet sur la disponibilité des ressources et même les prix des produits de base.

Déterminer les actions

Si la réflexion sur la durabilité a toujours fait partie de l’éthos de MEC, l’organisation est devenue plus sophistiquée et mieux à même de quantifier ses vulnérabilités liées au climat et de les prendre en compte de manière plus complète. Ainsi, MEC intègre les changements climatiques à un niveau organisationnel plutôt que de poursuivre une initiative distincte d’adaptation aux changements climatiques. L’adaptation fait partie de la matrice des risques de l’entreprise et de ses décisions opérationnelles et d’investissement. Ces responsabilités sont partagées au sein de l’organisation et assumées par l’équipe financière par le biais d’activités de planification, d’établissement de rapports et d’investissement. Dans le cadre de l’adaptation aux changements climatiques, les comptables assument de nombreux rôles traditionnels : analyse des données relatives aux coûts, collaboration à l’élaboration des principaux facteurs de rendement et des rapports connexes, modélisation financière, application des compétences en matière d’audit pour contribuer à l’évaluation de l’efficacité des processus, et facilitation de l’intégration de divers plans et stratégies. Par exemple, l’équipe financière est étroitement associée aux décisions concernant les nouvelles infrastructures, car MEC cherche à implanter ses installations dans des zones moins menacées par les changements climatiques.

Mise en œuvre

Un effort essentiel, lié aux ventes et à la chaîne d’approvisionnement, englobe une capacité accrue à comprendre les schémas météorologiques. MEC a défini la capacité du système à suivre les conditions météorologiques comme une exigence pour le nouveau système de gestion des stocks. Les prévisions météorologiques permettront à MEC de mieux faire face à l’impact des changements climatiques sur les ventes. Ils peuvent suivre les conditions météorologiques et les mettre en parallèle avec les ventes pour prendre des décisions à moyen et long terme sur la manière de gérer les stocks et la chaîne d’approvisionnement. Ces renseignements permettent également à MEC de faire face à l’impact des changements climatiques sur les stocks en transit. De meilleurs renseignements sur la chaîne d’approvisionnement permettent un mouvement plus rapide des marchandises, réduisant ainsi l’exposition aux conditions météorologiques extrêmes.

Les efforts d’adaptation supplémentaires liés à la chaîne d’approvisionnement concernent les stocks en place et les matériaux de base :

  • Stocks en place : MEC prend en compte les risques liés aux changements climatiques, en particulier les inondations, lorsqu’elle prend des décisions concernant son infrastructure, notamment la localisation d’un nouveau magasin ou centre de distribution, le renforcement de la résilience des magasins existants et le choix d’installations de stockage tierces pour les stocks excédentaires. Dans les bâtiments existants, MEC traite les problèmes d’adaptation au fur et à mesure qu’ils se présentent. Le magasin MEC de Winnipeg, par exemple, subit parfois des inondations. Le magasin a notamment installé des pompes et étudie d’autres moyens de renforcer la structure du bâtiment, essentiellement pour le rendre plus étanche.
  • Matériaux de base : Reconnaissant que les impacts des changements climatiques peuvent varier à l’échelle mondiale, MEC recherche des producteurs dans de nombreux domaines. MEC se demande, par exemple, si elle peut éviter d’être dépendante d’une région du monde pour son approvisionnement ou soutenir les fournisseurs qui encouragent un changement de pratiques pour s’adapter aux changements climatiques.

Résultats et suivi des progrès

Pour MEC, l’intégration de l’adaptation aux changements climatiques dans les opérations et les activités quotidiennes de l’organisation a été un processus d’apprentissage continu et collaboratif. Grâce à cela, MEC a déterminé que la formation des comptables est essentielle pour faire face aux changements climatiques, notamment sur les changements climatiques et la durabilité, ainsi que sur les compétences « non techniques » et la collaboration. Les comptables de MEC jouent un rôle essentiel dans l’adaptation aux changements climatiques, en fournissant l’analyse qui sous-tend les décisions, comme la mesure des variables, l’échange de repères et la détermination des options.

Prochaine(s) étape(s)

Le personnel de MEC recommande deux types de formation pour améliorer la capacité des comptables à travailler sur l’adaptation aux changements climatiques :

  1. Formation sur les changements climatiques et la durabilité : les comptables travailleront de plus en plus dans des organisations collaboratives et interfonctionnelles. À mesure que les entreprises intègrent la réflexion sur la durabilité et les changements climatiques dans les domaines fonctionnels, les comptables devront « élargir leur base de connaissances sur la relation entre les affaires et l’environnement ». La formation des comptables devrait inclure des études de cas réels et des conférences dirigées par des praticiens sur le rôle des comptables dans les changements climatiques et la durabilité. Une telle formation permet aux comptables de fournir aux employeurs potentiels des avantages allant au-delà du format financier typique.
  2. Formation sur les compétences habilitantes ou non techniques et la collaboration : les comptables doivent être capables de communiquer et de travailler avec d’autres personnes dans un large éventail de disciplines et de fonctions. De nombreuses disciplines ont dû relever le défi de transmettre leur point de vue de manière à favoriser la compréhension. Chez MEC, la coopération entre les différentes fonctions fait partie de la culture. Les comptables « veulent toujours parler des chiffres ». Comment les comptables peuvent-ils développer une meilleure compréhension des différentes perspectives? Une des suggestions est de faire collaborer les étudiants en comptabilité et les étudiants en marketing, par exemple, afin qu’ils travaillent sur des cas précis. Si les étudiants des différentes facultés de commerce ont davantage l’occasion de collaborer à des projets, de travailler sur des études de cas, etc., ils seront mieux préparés à relever les défis et à travailler harmonieusement avec leurs collègues dans notre monde connecté.

Ressources


Comprendre et évaluer les impacts

MEC examine les impacts des changements climatiques du point de vue des entreprises. En utilisant les renseignements sur les changements climatiques et les données publiées par le gouvernement du Canada, MEC a appris que les impacts probables sont des températures plus élevées, des canicules plus fréquentes, des vagues de froid moins fréquentes, des jours/nuits de chaleur plus fréquents et intenses, des jours/nuits de froid moins fréquents et moins intenses, des averses plus fréquentes, moins de jours avec une couverture de neige et plus d’incendies de forêt. Ces impacts, ainsi que les variations saisonnières, peuvent toucher la façon dont les consommateurs achètent les produits. Les changements climatiques entraîneront également des conditions météorologiques extrêmes, ce qui pourrait avoir un impact sur les stocks de détail et les matériaux de base. Par exemple, lorsque le stock passe du centre de distribution canadien de MEC à ses magasins, il est vulnérable aux fermetures de routes dues aux inondations, aux glissements de terrain et aux tempêtes de neige. Le stock au centre de distribution ou dans les magasins est vulnérable aux inondations. Les conditions météorologiques extrêmes ont également un effet sur la disponibilité des ressources et même les prix des produits de base.

Déterminer les actions

Si la réflexion sur la durabilité a toujours fait partie de l’éthos de MEC, l’organisation est devenue plus sophistiquée et mieux à même de quantifier ses vulnérabilités liées au climat et de les prendre en compte de manière plus complète. Ainsi, MEC intègre les changements climatiques à un niveau organisationnel plutôt que de poursuivre une initiative distincte d’adaptation aux changements climatiques. L’adaptation fait partie de la matrice des risques de l’entreprise et de ses décisions opérationnelles et d’investissement. Ces responsabilités sont partagées au sein de l’organisation et assumées par l’équipe financière par le biais d’activités de planification, d’établissement de rapports et d’investissement. Dans le cadre de l’adaptation aux changements climatiques, les comptables assument de nombreux rôles traditionnels : analyse des données relatives aux coûts, collaboration à l’élaboration des principaux facteurs de rendement et des rapports connexes, modélisation financière, application des compétences en matière d’audit pour contribuer à l’évaluation de l’efficacité des processus, et facilitation de l’intégration de divers plans et stratégies. Par exemple, l’équipe financière est étroitement associée aux décisions concernant les nouvelles infrastructures, car MEC cherche à implanter ses installations dans des zones moins menacées par les changements climatiques.

Mise en œuvre

Un effort essentiel, lié aux ventes et à la chaîne d’approvisionnement, englobe une capacité accrue à comprendre les schémas météorologiques. MEC a défini la capacité du système à suivre les conditions météorologiques comme une exigence pour le nouveau système de gestion des stocks. Les prévisions météorologiques permettront à MEC de mieux faire face à l’impact des changements climatiques sur les ventes. Ils peuvent suivre les conditions météorologiques et les mettre en parallèle avec les ventes pour prendre des décisions à moyen et long terme sur la manière de gérer les stocks et la chaîne d’approvisionnement. Ces renseignements permettent également à MEC de faire face à l’impact des changements climatiques sur les stocks en transit. De meilleurs renseignements sur la chaîne d’approvisionnement permettent un mouvement plus rapide des marchandises, réduisant ainsi l’exposition aux conditions météorologiques extrêmes.

Les efforts d’adaptation supplémentaires liés à la chaîne d’approvisionnement concernent les stocks en place et les matériaux de base :

  • Stocks en place : MEC prend en compte les risques liés aux changements climatiques, en particulier les inondations, lorsqu’elle prend des décisions concernant son infrastructure, notamment la localisation d’un nouveau magasin ou centre de distribution, le renforcement de la résilience des magasins existants et le choix d’installations de stockage tierces pour les stocks excédentaires. Dans les bâtiments existants, MEC traite les problèmes d’adaptation au fur et à mesure qu’ils se présentent. Le magasin MEC de Winnipeg, par exemple, subit parfois des inondations. Le magasin a notamment installé des pompes et étudie d’autres moyens de renforcer la structure du bâtiment, essentiellement pour le rendre plus étanche.
  • Matériaux de base : Reconnaissant que les impacts des changements climatiques peuvent varier à l’échelle mondiale, MEC recherche des producteurs dans de nombreux domaines. MEC se demande, par exemple, si elle peut éviter d’être dépendante d’une région du monde pour son approvisionnement ou soutenir les fournisseurs qui encouragent un changement de pratiques pour s’adapter aux changements climatiques.

Résultats et suivi des progrès

Pour MEC, l’intégration de l’adaptation aux changements climatiques dans les opérations et les activités quotidiennes de l’organisation a été un processus d’apprentissage continu et collaboratif. Grâce à cela, MEC a déterminé que la formation des comptables est essentielle pour faire face aux changements climatiques, notamment sur les changements climatiques et la durabilité, ainsi que sur les compétences « non techniques » et la collaboration. Les comptables de MEC jouent un rôle essentiel dans l’adaptation aux changements climatiques, en fournissant l’analyse qui sous-tend les décisions, comme la mesure des variables, l’échange de repères et la détermination des options.

Prochaine(s) étape(s)

Le personnel de MEC recommande deux types de formation pour améliorer la capacité des comptables à travailler sur l’adaptation aux changements climatiques :

  1. Formation sur les changements climatiques et la durabilité : les comptables travailleront de plus en plus dans des organisations collaboratives et interfonctionnelles. À mesure que les entreprises intègrent la réflexion sur la durabilité et les changements climatiques dans les domaines fonctionnels, les comptables devront « élargir leur base de connaissances sur la relation entre les affaires et l’environnement ». La formation des comptables devrait inclure des études de cas réels et des conférences dirigées par des praticiens sur le rôle des comptables dans les changements climatiques et la durabilité. Une telle formation permet aux comptables de fournir aux employeurs potentiels des avantages allant au-delà du format financier typique.
  2. Formation sur les compétences habilitantes ou non techniques et la collaboration : les comptables doivent être capables de communiquer et de travailler avec d’autres personnes dans un large éventail de disciplines et de fonctions. De nombreuses disciplines ont dû relever le défi de transmettre leur point de vue de manière à favoriser la compréhension. Chez MEC, la coopération entre les différentes fonctions fait partie de la culture. Les comptables « veulent toujours parler des chiffres ». Comment les comptables peuvent-ils développer une meilleure compréhension des différentes perspectives? Une des suggestions est de faire collaborer les étudiants en comptabilité et les étudiants en marketing, par exemple, afin qu’ils travaillent sur des cas précis. Si les étudiants des différentes facultés de commerce ont davantage l’occasion de collaborer à des projets, de travailler sur des études de cas, etc., ils seront mieux préparés à relever les défis et à travailler harmonieusement avec leurs collègues dans notre monde connecté.

Ressources