Mise en œuvre d’une norme de gestion des eaux pluviales issues d’événements pouvant se produire tous les 250 ans

En réponse à une inondation majeure et en prévision de l’augmentation des précipitations extrêmes due aux changements climatiques, la Ville de Stratford, en Ontario, a élaboré en 2004 un plan directeur du réseau d’égouts pluviaux à l’échelle de la ville pour la préparer à une tempête pouvant se produire tous les 250 ans. Alors que la plupart des autres plans de ce type ne prennent en compte qu’une tempête pouvant se produire tous les 100 ans, le plan de Stratford est exceptionnellement ambitieux. Cependant, il pourrait aussi être visionnaire. À l’époque où il a été rédigé, les projections climatiques étaient beaucoup moins précises qu’aujourd’hui. Les projections actuelles indiquent que les tempêtes du siècle pourraient bientôt se produire cinq, voire dix fois par siècle d’ici 2100. Par conséquent, la protection accrue offerte par ce plan se révélera probablement très bénéfique dans les décennies à venir.

Comprendre et évaluer les impacts

Depuis les années 1970 environ, les villes canadiennes ont adopté une approche à deux paliers pour gérer les eaux pluviales : un réseau souterrain qui achemine les précipitations provenant d’événements relativement fréquents et de faible intensité, et un réseau de transport en surface qui traite l’eau provenant de précipitations moins fréquentes, mais plus extrêmes. Dans la plupart des collectivités, ce système est conçu pour être capable de transporter efficacement l’eau d’une tempête du siècle. C’est-à-dire la tempête avec le plus de précipitations, qui se produit tous les 100 ans (statistiquement parlant). Même des tempêtes relativement courantes, comme celles pouvant se produire tous les 20 ou 50 ans, par exemple, peuvent perturber légèrement la vie quotidienne en gênant la circulation et les transports en commun, en raison de la formation de flaques d’eau dans les rues, entre autres complications mineures. Cependant, les événements qui entraînent des dommages étendus et l’inondation de sous-sols devraient être relativement rares. Toutefois, les dernières décennies ont montré que ces événements sont plus fréquents qu’ils ont été prévus, et qu’ils ne peuvent que s’aggraver en raison des changements climatiques à l’échelle mondiale. Certaines projections indiquent que la tempête du siècle pourrait se produire désormais cinq à dix fois plus fréquemment que par le passé.

Déterminer les actions

Le plan directeur du réseau d’égouts pluviaux à l’échelle de la ville de 2004 a été élaboré à la suite d’une inondation majeure survenue en 2002. Les inondations causées par les précipitations extrêmes dans la région ont provoqué d’importantes inondations de sous-sols à Stratford. Les citoyens concernés ont estimé que la Ville avait failli à sa responsabilité de protéger ses citoyens et ils ont intenté un recours collectif. Les citoyens ont gagné le procès, et plus de 800 propriétaires résidentiels ont reçu des dommages et intérêts à hauteur de 7,7 millions de dollars. Par coïncidence, juste avant l’inondation de 2002, la Ville de Stratford avait entrepris un plan directeur des égouts sanitaires afin d’analyser le système de collecte des eaux usées, de déceler des problèmes et de proposer des solutions potentielles. Ce plan indiquait que la Ville devrait investir 35 millions de dollars dans des projets d’égouts prioritaires et 16,5 millions de dollars supplémentaires dans des projets stratégiques; en outre, le plan directeur des égouts sanitaires indiquait la nécessité de réaliser une analyse de la gestion des eaux pluviales. C’est cette analyse qui aboutira plus tard au plan directeur du réseau d’égouts pluviaux à l’échelle de la ville.

Mise en œuvre

Le plan directeur du réseau d’égouts pluviaux à l’échelle de la ville de 2004 a permis d’évaluer l’efficacité du réseau pluvial existant, d’examiner et de mettre à jour les normes et politiques de drainage de la Ville et de créer un modèle informatique à l’échelle de la ville. Le plan prévoit également la création de modèles de tempêtes actualisées, qui tiennent compte de l’augmentation de la fréquence et de l’intensité des événements pluviaux, ainsi que l’élaboration d’une stratégie d’amélioration des systèmes et la réalisation d’un inventaire des systèmes de drainage. D’autres mesures mises en œuvre à la suite de ce plan comprennent des évaluations des capacités des égouts pluviaux, du débit des principaux systèmes de drainage et des zones d’accumulation. Dans le cadre de l’élaboration du plan directeur du réseau d’égouts pluviaux à l’échelle de la ville, une étude a été menée sur le sous-bassin versant de Court Drain et c’est ce travail en particulier qui a introduit la nouvelle norme consistant à utiliser la tempête pouvant se produire tous les 250 ans comme référence pour la préparation aux inondations. Pour ce faire, il a fallu moderniser l’infrastructure existante afin qu’elle puisse accueillir une augmentation d’environ 15 % des débits de pointe gérables par rapport à la capacité existante. Stratford a également mis en place deux programmes incitatifs : l’un visant à remplacer les vieux branchements secondaires d’égout sanitaire afin de réduire l’afflux et les infiltrations dans le système d’égout sanitaire et l’autre visant à aider à l’installation de pompes de puisard pour les branchements secondaires d’égout pluvial afin de réduire le risque d’inondation dû à une surcharge des conduites pluviales.

Résultats et suivi des progrès

En 2014, la Ville de Stratford avait investi quelque 70 millions de dollars dans la mise à niveau de ses systèmes afin de se conformer à cette nouvelle norme. Pour faire face aux surcharges du système, il a fallu construire des bassins de rétention des eaux pluviales, des voies d’écoulement en surface et des égouts pluviaux surdimensionnés. Selon l’étude de cas, la Ville de Stratford est désormais un chef de file en matière de prévention des inondations de sous-sols au Canada.