La variabilité extrême du niveau de l’eau dans les Grands Lacs

Les Grands Lacs constituent le plus grand système d’eau douce de surface sur Terre et répondent à divers besoins de 30 millions de personnes. Les niveaux d’eau dans l’ensemble des Grands Lacs ont été très élevés en 2019 et 2020, approchant ou dépassant les niveaux d’eau saisonniers ou les niveaux records enregistrés à différents moments de l’année. Seulement six ans auparavant, les collectivités riveraines des Grands Lacs d’amont s’étaient adaptées à une période de quinze ans de très bas niveaux d’eau. Si les fluctuations des niveaux de l’eau sont normales dans les Grands Lacs, ces variations extrêmes entre les niveaux d’eau les plus bas et les plus élevés correspondent à ce à quoi on pourrait s’attendre dans le cadre d’un climat en changement. Les projections pour l’avenir ne se limitent pas à une tendance à la hausse ou à la baisse des niveaux d’eau dans les Grands Lacs, mais prévoient plutôt des périodes plus fréquentes de niveaux très élevés ou très bas. La planification est difficile dans ce contexte, puisque les collectivités riveraines luttent pour s’adapter à des conditions futures incertaines. Les perspectives émergentes de la théorie et de la pratique de la gestion adaptative suggèrent que le renforcement de la résilience, c’est-à-dire la capacité à résister à un large éventail de scénarios, dans les systèmes humains et écologiques est un moyen efficace de faire face aux changements environnementaux caractérisés par une incertitude future. La Commission mixte internationale (CMI) a adopté une telle approche de gestion adaptative comme moyen de faire face à l’incertitude future concernant les Grands Lacs.

En savoir plus