Maintaining ecosystems and their services through Indigenous Protected and Conserved Areas

Indigenous Protected and Conserved Areas (IPCAs) refer to lands and waters where Indigenous governments have the primary role in conserving and maintaining ecosystems through Indigenous laws, governance and knowledge systems. They aim to support ecosystems and biodiversity while safeguarding Indigenous rights, including the right to exercise free, prior and informed consent. The need for restoration of the land and the culture is often an important component of IPCAs. Indigenous peoples are beginning to lead the call for restoration of lands that have been heavily affected by industrial development and degradation from human activities. Driven by the recognition that people, culture and their lands are inseparable, priority restoration areas are being identified for wildlife, as well as degraded cultural values. The IPCA model is rooted in the exercise of constitutionally-upheld Indigenous rights in accordance with Indigenous laws. IPCAs can also deliver important benefits to Canadians. Increasing the amount of protected and conserved areas in Canada has positive implications for biodiversity and ecosystems, which in turn contributes to maintaining the important ecosystem services that many communities rely on. However, much work remains to enable IPCAs as a viable option for protecting natural areas and to secure these areas from development pressures.

Read the Full Story

Comprendre et évaluer les impacts

Ces dernières années, l’activité des incendies de forêt a augmenté dans de nombreuses régions du pays, avec des saisons des feux plus longues et des zones brûlées plus étendues. Au-delà des dommages directs causés aux propriétés et aux structures des collectivités touchées, la fumée générée par les incendies de forêt peut avoir des répercussions importantes sur la santé des populations vivant dans des zones parfois très éloignées des flammes. La fumée qui résulte des incendies de forêt est composée d’un mélange de polluants et peut avoir une incidence importante sur la qualité de l’air et la santé publique. En fait, de nombreuses collectivités canadiennes qui n’ont pas été directement touchées par le feu lui‑même ont souffert de la présence de fumée liée aux incendies de forêt dans leurs collectivités. Certains ont commencé à travailler localement et avec les collectivités voisines pour réduire leur risque futur. Bruderheim est une petite collectivité de près de 1 400 habitants située au nord-est d’Edmonton. Bien que la collectivité ne soit pas située en milieu périurbain à proprement parler, elle est bordée par les herbes hautes des terres non aménagées au nord. Les collectivités voisines ont été touchées par des incendies de forêt dans le passé et, par conséquent, ces événements sont devenus une préoccupation croissante pour la Ville. De plus, la fumée causée par ces événements a souvent atteint la collectivité de Bruderheim, causant des problèmes de santé publique pour ses résidents. 

Déterminer les actions

Le risque d’incendie de forêt étant devenu une préoccupation croissante pour Bruderheim, la Ville a été sélectionnée pour faire partie du programme Climate Resilience Express de la fondation All One Sky, une organisation à but non lucratif créée pour aider les populations vulnérables au carrefour de l’énergie et des changements climatiques. Le soutien apporté par la fondation a permis aux membres de la collectivité de participer à un atelier d’adaptation au climat qui a débouché sur l’élaboration d’un plan d’action de résilience. L’atelier initial organisé dans le cadre du programme a confirmé les préoccupations initiales concernant les risques d’incendie liés au centre industriel situé à proximité de la collectivité. La présence de l’industrie pétrolière et gazière dans la région est également apparue comme un facteur contribuant à l’augmentation du risque d’incendie. Compte tenu des préoccupations sanitaires croissantes associées aux incendies voisins, ainsi que de l’évaluation des risques fournie par le programme, la Ville a commencé à réfléchir plus activement à ce qui pourrait être fait pour réduire les risques d’incendie et éduquer les résidents sur les pratiques exemplaires en matière de réduction des risques au sein de la collectivité. Pour ce faire, la collectivité de Bruderheim a obtenu une subvention Intelli‑feu afin d’élaborer des programmes d’éducation publique pour les propriétaires locaux. Afin de déterminer les stratégies à mettre en œuvre pour encourager les résidents à devenir proactifs en matière de risques d’incendie de forêt, un groupe d’employés municipaux et de membres de la collectivité se sont réunis pour réfléchir à la forme que pourraient prendre les principales initiatives éducatives. 

Mise en œuvre

Une partie importante de la stratégie de Bruderheim en matière d’éducation publique consistait à faire participer les enfants de la collectivité dans les efforts de réduction des risques. Pour ce faire, le personnel municipal s’est mis en rapport avec les directeurs d’école pour préparer une activité qui familiariserait les enfants du quartier avec les principales mesures à prendre autour de leur maison pour mieux celle‑ci. Chaque élève participant a reçu une liste de contrôle Intelli-feu et a été invité à l’emporter chez lui et à la parcourir avec sa famille. Leurs enseignants ont planifié diverses activités associées à la liste de contrôle, et les élèves sont revenus dans leur classe avec un projet terminé autour du thème de la réduction des risques d’incendie de forêt. Afin de rendre cette activité plus spéciale pour les enfants participants, Bruderheim avait acheté divers prix qui ont été remis lors de la remise de leurs projets. Grâce au soutien d’Intelli‑feu Canada, la Ville a pu organiser plusieurs événements, tels que des barbecues et des campagnes de porte‑à‑porte, afin de diffuser des renseignements sur la meilleure façon de prévenir les dommages causés par le feu autour des propriétés privées. Plusieurs événements ont également été organisés pendant la semaine de la protection civile (Emergency Preparedness Week). 

Résultats et suivi des progrès

Les diverses activités de sensibilisation menées par la Ville et ses résidents ont contribué à sensibiliser les membres de la collectivité aux risques d’incendie de forêt et aux mesures de réduction des risques qui peuvent être prises au niveau des propriétés privées. Alors que Bruderheim travaillait localement à la promotion de l’éducation du public sur les risques d’incendie de forêt, le personnel municipal a réalisé que les collectivités voisines étaient confrontées à des défis similaires et a décidé de les approcher afin de s’associer dans le but d’élaborer diverses ressources qui pourraient être utiles en cas de catastrophe. Bruderheim dirige maintenant un partenariat officiel avec les villes de Gibbons et Lamont, appelé Resilient Rurals, qui s’efforce de définir la voie de la résilience pour les petites collectivités rurales. Le partenariat fournit actuellement des ressources pour les évaluations des risques communautaires, les stratégies de continuité des activités, ainsi qu’une boîte à outils de communication pour aider les petites villes à informer leurs résidents des différents dangers potentiels et des mesures de réduction des risques qui peuvent être prises avant qu’une urgence ne survienne. Il existe également un centre de ressources hébergé sur le site Web de Resilient Rurals qui rassemble des données, des ressources et des contacts pertinents qui seraient autrement difficiles à trouver pour les collectivités. Parmi les autres domaines d’intervention figurent l’examen des plans, des politiques et des règlements, ainsi que l’élaboration de plans de mise en réseau et de mise en œuvre, et d’un plan de résilience régional. 

Prochaine(s) étape(s)

Le plan de résilience régional, actuellement en cours d’élaboration par le partenariat Resilient Rurals, est destiné à faire progresser les priorités en matière de continuité sociale et commerciale et à répondre aux préoccupations climatiques telles que les incendies de forêt, les inondations, les tempêtes de vent extrêmes et les chaleurs extrêmes. Des idées novatrices ont été partagées lors de la création du partenariat, qui seront explorées au fur et à mesure que le partenariat progresse. 

Ressources

Lien vers l’étude de cas complète (en anglais seulement)

Ressources supplémentaires :