A best practice from Répert’eau: Source control by disconnecting eavestroughs; ongoing communication with homeowners

Faced with the prospect of an increasing number of basement flooding incidents, Quebec City implemented a downspout disconnection program that achieved a 100% compliance rate due in large part to an awareness campaign targeting affected homeowners. The affected neighbourhood, Maizerets, is located in the Limoilou district and is over a century old. It is served by a combined sewer system that has often resulted in basement flooding during rainfall events, as many buildings upstream had their downspouts connected directly to the municipal sewer system. The area is also served by a tidal barrier designed to prevent the St. Lawrence from backing up in the municipal sewer system, but this also increases the risk of sewer backup during rain events because the system cannot drain easily.

Comprendre et évaluer les impacts

La première étape entreprise par la Ville a été de mener plusieurs études identifiant les zones touchées et de déterminer quels bâtiments contribuaient au problème. Ils ont constaté la que 373 des 623 résidences aux toits en pente déversaient illicitement leurs eaux de gouttières dans le réseau unitaire, en passant par le drain de fondation, ce qui surcharge le réseau et contrevient à la réglementation municipale. La Ville avait une réglementation en vigueur interdisant de telles conceptions, mais ces connexions ont persisté malgré cela.

Déterminer les actions

La majorité des descentes pluviales connectées étaient situées sur des propriétés privées, ce qui signifiait que la ville devait obtenir la participation des citoyens pour réussir. En tant que tel, un élément important du plan reposait nécessairement sur une communication efficace et sur la participation des citoyens. Cela s’est toutefois avéré être un problème majeur car les taux de conformité étaient initialement assez faibles et des méthodes de plus en plus strictes devaient être appliquées.

Mise en œuvre

Le programme a subi une série d’itérations, car la conformité des propriétaires progressait lentement d’une communication à l’autre. La première étape consistait à rendre la déconnexion du tuyau de descente sur une base volontaire afin de faire respecter le règlement en vigueur; Après deux étés, trois lettres ont été envoyées aux propriétaires des bâtiments concernés détaillant les raisons pour lesquelles de telles mesures étaient nécessaires et que le coût total de la déconnexion des descentes pluviales serait assumé par la Ville. Ce premier tour n’a obtenu qu’un taux de conformité de 25%. Puisque non conforme à la réglementation, cela a été jugé insuffisant et la Ville a pris les mesures nécessaires pour a) rendre le programme obligatoire, b) fournir un baril de pluie gratuit aux parties intéressées, et c) lancer une autre série d’envois postaux soulignant le caractère obligatoire du programme, ainsi que sa justification. Cela a porté le taux de conformité à 60%. Un taux de conformité de 100% n’a été atteint qu’après trois ans de communications, avec sept lettres et deux brochures, ainsi que l’implication de niveaux d’autorité nettement plus élevés et le passage d’un mécanisme volontaire à un mécanisme coercitif impliquant des amendes.

Résultats et suivi des progrès

Dans le cadre de ce programme, la Ville a également planifiée d’autres mesures de rétention prises au niveau des stationnements et des espaces publics comme les écoles. Le système de déconnexion du tuyau de descente a coûté 100 000 $, et 25 millions de dollars supplémentaires ont été investis pour améliorer les systèmes de rétention et d’égouts. La ville a également estimé que le système de déconnexion du tuyau de descente réduisait la taille nécessaire des réservoirs de rétention, économisant environ 500 000 $ en construisant un réservoir plus petit; cela signifie que le système de déconnexion du tuyau de descente a atteint immédiatement un rapport bénéfice / coût de 5 pour 1, sans compter les économies réalisées grâce à la réduction des inondations.

Prochaine(s) étape(s)

Plusieurs leçons ont été tirées de ce projet. 1) Il est essentiel que les propriétaires sachent pourquoi le programme est nécessaire et comment il leur profite. 2) Les communications doivent être envoyées par des fonctionnaires de haut niveau. 3) Un responsable de la ville a déclaré que dans une situation similaire, seules trois lettres pourraient être envoyées dans la même année. La première détaillant le problème, la réglementation et l’amende de 300 $, et un délai de 30 jours pour se conformer. La deuxième lettre devrait réitérer ce qui précède et prolonger le délai de 30 jours. La troisième et dernière lettre devrait informer les citoyens qu’ils doivent désormais soit payer l’amende, soit déconnecter immédiatement le tuyau de descente à leur frais.

Ressources